“Le Stand-Up Paddle m’a sauvé”

Retour d’expérience de Fred Bonnef, lourdement accidenté en voiture en 2012, parvenu à remonter la pente grâce un mental de fer et aux sports de glisse.

En 2012 Fred Bonnef est au top de sa carrière de rider en Stand Up Paddle. Il multiplie les récompenses lors de compétitions de glisse et croque la vie à pleine dent. Entre l’Espagne, le Grau du Roi et le Sud-Ouest, il aime surfer en général, que ce soit sur un windsurf, un surf, un SUP ou sur la vie en général. Il aime cette sensation de l’océan, son “grand frère”, celui sur lequel il a vogué en bateau étant petit.

oceanride

Fred Bonnef multiplie les récompenses et croque la vie à pleine dent © David Alarcon

Un soir d’été au retour d’une compétition de SUP, Fred a des étoiles dans les yeux. Il vient de rafler un nouveau titre de SUP dont il est fier. Mais soudain, la réalité le rattrape et en quelques secondes sa vie bascule. Fred est gravement percuté par un automobiliste circulant en sens contraire sur l’autoroute et se retrouve au seuil de la mort. Transféré d’urgence à l’hôpital de Montpellier, il lutte pour ne pas perdre connaissance. Heureusement, il ne sait pas encore que les mois à venir seront les plus durs qu’il ait jamais vécu. Avec ses 18 fractures, il est plongé dans un coma artificiel pendant 10 jours, et subi 30 opérations. A son réveil, son corps ne répond plus à ses demandes, il est immobilisé, alité, hospitalisé. Mais malgré sa détresse, une voix en lui perdure : il veut lutter, lutter tant qu’il faudra pour se sortir de la.

oceanride« Je me sentais comme un animal blessé, les veines gonflées d’adrénaline, prêt au combat, je n’avais pas peur de souffrir pour progresser. » © Robin Christol

La rééducation va être longue et pénible: il lui faut réapprendre à marcher, bouger ses membres, retrouver ses muscles, son autonomie. Fred a la rage de s’en sortir et le raconte : « Je me sentais comme un animal blessé, les veines gonflées d’adrénaline, prêt au combat, je n’avais pas peur de souffrir pour progresser. » Grâce à cette détermination, et à ses équipes de soignants, Fred se soigne peu à peu et apprend à se féliciter des petites victoires. Dès qu’il le peut, il parcourt des kilomètres en fauteuil, afin de se remuscler les bras, le dos, et retrouver son cardio. Transféré de l’hôpital de Montpellier au centre de rééducation de sportifs de Capbreton, Fred doit gérer sa frustration quand tous les jours il voit les vagues déferler devant ses fenêtres. Il prend alors conscience qu’il ne se satisfera jamais de savoir simplement remarcher… il veut courir, surfer, naviguer en windsurf, et refaire un jour de la compétition à haut niveau. Il prend contact avec Marc Messina et déménage à Bidart pour être au plus proche de son équipe de kinésithérapeutes et d’osthéopathes spécialisés dans la remise sur pied des surfeurs. Sa guérison est une obsession : « Je n’avais plus d’autres buts dans la vie que de recommencer à surfer. » 9 mois après l’accident, Fred tente un retour à l’eau sur un bodyboard. Sa cheville n’étant pas encore totalement mobile, il se fait mal. Avec du recul il admet que cette sortie était prématurée. Pourtant, cela le renforce, il se sent vivifié. 4 mois plus tard, il monte sur un Stand-Up Paddle, la fin de sa convalescence approche.

fred bonnef oceanride
« Je n’avais plus d’autre but dans la vie que de recommencer à surfer » © Sean Pearson

Le Stand-Up Paddle devient son allié pour une ré-athlétisation en douceur. Il raconte aujourd’hui : « Si je n’avais pas fait de stand up paddle, je ne me serai jamais remis aussi bien physiquement, c’est une certitude. » Il est désormais persuadé que les SUP devrait être intégré comme support pour certains centres de réeducation.

Les avantages de ce support sont nombreux :

  • On pratique de manière progressive, selon son etat physique du moment
  • On travaille l’équilibre et la proprioception sans prendre aucun risque
  • On travaille la musculation et la coordination
  • On travaille le cardio sans s’en rendre compte
  • On tombe à l’eau en cas d’erreur, ce qui n’est pas violent
  • On est en contact avec l’eau qui a des vertus thérapeutiques certaines
  • Le SUP représente une évasion pendant le long processus de rééducation

oceanride« Si je n’avais pas fait de Stand-Up Paddle, je ne me serais jamais remis aussi bien physiquement, c’est une certitude » © Jean Souville

Le lien qu’entretient Fred avec l’océan est très puissant. Enfant, Fred a navigué durant plusieurs années en famille, et a toujours considéré l’océan comme un « grand frère » lui apprenant l’humilité et lui imposant le respect. « Je suis quelqu’un de sociable, mais j’adore la solitude, sentir la puissance de la nature, me sentir au plus proche des éléments. »

Concerné par la cause environnementale, Fred voit avec beaucoup d’inquiétude et de colère ce qui est fait à la planète, et le déni général quant à la gravité des phénomènes de disparition d’especes, de rechauffement climatique, et des forêts. A tout juste 38 ans, Fred a conscience que l’état de la planete s’est empiré depuis son enfance, et ne parvient pas à être optimiste. « J’ai l’impression que nous avons malheureusement passé une ligne de non retour ces dernières années ». Pour lui, OceanRide.org est une bonne initiative car elle propose aux citoyens une prise de conscience et incite à l’action concrète. Le tout est de ne pas lutter seul sur ce chantier mais en partenariat avec toutes les entreprises concernées…

Sponsors : Fanatic, Ion, North, Outside Reef, Akotzen

Vous allez aussi aimer

Laissez votre commentaire